Document: L'administrateur du Canard à la table de Mitterrand

Publié le par lecanardapoil



Un journaliste du Canard à la table de François Mitterrand, à côté de son frère Robert, de sa femme Danielle,  face à l'acteur Roger Hanin, son beau frère. Le cliché est explicite. L'athmosphère de communion qui s'en dégage aussi. Nicolas Brimo - que l'on voit flêché sur la photo - est l'un des dirigeants actuels du Canard. En 1975, il est passé directement de la rédaction de  L'Unité , le journal du Parti socialiste, à l'hebdomadaire satirique. « C'est vrai qu'il a été la voix du PS au Canard , admet l'ancien journaliste de l'hebdomadaire Claude-Marie Vadrot dans le Vrai Canard. Ça a influencé le contenu du Canard . » Brimo en est devenu l'administrateur en 1991.
Questionné sur cette position politique, Nicolas Brimo a répondu quelques phrases aux auteurs lors de la préparation de leur ouvrage: « Si j’ai bien travaillé à l’hebdomadaire du PS,
"L’Unité", entre 1972 et 1974, je n’ai jamais été militant du PS. Je n’ai d’ailleurs jamais adhéré à un parti politique.»
« Quant à mes "relations personnelles" avec Mitterrand puisque tel est le procès que vous semblez devoir instruire, parlons-en. Depuis le jour de son élection, nos rencontres ont été rares : moins d’une par an et toujours en présence d’autres journalistes. Je n’ai jamais été invité dans ses voyages, contrairement à beaucoup de consoeurs et de confrères, et je n’ai jamais fait partie de ses "visiteurs du soir", comme certains directeurs de journaux. En réalité, j’ai d’autant moins fréquenté l’Elysée sous son règne qu’à l’époque, je travaillais essentiellement sur le patronat et la droite.»
Selon les témoignages publiés dans le
Vrai Canard, Nicolas Brimo se trouvait déjà à L'Unité, au coeur de la machine électorale de François Mitterrand, qui rédigeait chaque semaine l'éditorial de ce journal. Il avait d'ailleurs intégré le staff de la campagne présidentielle socialiste en 1974 -où il réalise le bulletin quotidien de campagne. Ses articles dans L'Unité témoignent aussi d'un vigoureux militantisme. Par la suite, resté très proche de plusieurs plumes et de nombreux ministres socialistes, Brimo épousera l'une des attachées de presse de Mitterrand. Ces relations personnelles auront un fort impact sur l'indépendance du Canard durant deux septennats.

Nicolas Brimo a été sollicité avant la mise en ligne de ce cliché. Il n'a pas répondu à notre mail.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article