20 minutes.fr : Questions réponses avec les internautes

Publié le par lecanardapoil

"Le Canard aurait été mieux inspiré en nous répondant sur le fond". Sur le site 20minutes.fr, l'un des co-auteurs du Vrai Canard, Karl Laske, a répondu, mercredi, aux questions des internautes. Le site précise qu'il a également proposé aux dirigeants de la rédaction du «Canard» de répondre aux internautes, mais que ces derniers ont  "décliné l'invitation".

ncpresse | 02.12.2008 - 13h16
Qui vous édite, pour qui travaillez vous actuellement? Parlez plutôt du journal sous contrôle avec tf1 tous les jours et surtout Le Figaro en presse écrite? Vous prenez les gens pour des idiots?

Ce livre a été édité par les éditions Stock, qui appartiennent au groupe Hachette. Pour répondre à l'insinuation de «complot» diffusée par le Canard, sachez que ce projet a été débuté chez Denoël, du groupe Gallimard. Le patron de Stock est l'écrivain-éditeur Jean-Marc Roberts, le responsable de collection est l'écrivain-enquêteur Hervé Hamon, qui nous ont soutenus dans ce projet. Aucune action secrète ne se cache derrière notre livre. La loge P2 n'a pas été avertie... Je travaille pour Libération, comme je l'ai indiqué, et il n'y a pas plus de complot de l'actionnaire majoritaire de mon journal (Rothschild) que de l'actionnaire de Match (Lagardère) où travaille Valdiguie, l'un des co-auteurs, depuis un an. Ces hommes d'affaires que nous n'avons jamais rencontrés, n'ont évidemment pas été avertis de notre livre, comme pour nos précédents ouvrages. Peut-être le Canard, en imaginant cette théorie, avait-il besoin de faire croire qu'un adversaire important et imaginaire lui en voulait à travers nous, mais nous ne sommes que des journalistes de base. Attachés au Canard, à son histoire aussi, à son impertinence et à son indépendance. Il faudra que le Canard nous oppose de meilleures réponses.

Patoche34 | 03.12.2008 - 11h36
Parole de journaliste contre parole de journaliste, qui croire?
A vous de lire. Pour compléter notre information, et discuter avec les lecteurs, nous avons aussi créé un blog: www.lecanardapoil.fr

TioteBiloute | 03.12.2008 - 08h27
A mon avis, votre livre est contre-productif. Les ventes du canard enchaîné vont bon train, et le nombre d'abonnements est en très nette augmentation. Vous avez réussi un double coup : vous mettre une partie des français, de plus en plus nombreux, contre vous et vos méthodes, venues tout droit de pays totalitaires, de droite comme de gauche, en harmonie avec les dérives actuelles du pouvoir, et de renforcer sensiblement l'impact que pouvait avoir un journal satirique, et jusqu'à preuve du contraire, sérieux, auprés des français, qui sont modérés. En êtes-vous conscient?

Interpeler un journal sur son rapport au pouvoir est à nos yeux faire preuve d'une volonté de transparence. Le Canard aurait été peut-être mieux inspiré en nous répondant sur le fond. Il ne l'a pas fait. Il avait d'ailleurs refusé tout entretien en se contentant de nous demander nos questions et d'y répondre par écrit. Il a donc eu une réaction d'institution pas vraiment conforme à l'image qu'on attend d'un média, y compris et peut-être encore plus d'un journal satirique.

Bob  | 02.12.2008 - 19h31
Pourquoi Karl Laske ne fait pas comme Siné? La critique est aisée, mais l'Art est difficile. Vive la diversité.
Pour l'instant, nous faisons des livres, mais chapeau à Siné!

Genzo_ | 03.12.2008 - 11h19
vous aviez d'autres collaborations, pourtant, il me semblait que les pigistes du canard ne devait pas être pigistes ailleurs. ils sont pour cela les mieux rémunérés de la presse française... pourriez vous expliquez le fonctionnement des pigistes du canard?
Le Canard est sûrement le journal qui vit le plus des informations apportée
s par les pigistes. Souvent ces pigistes sont eux-mêmes des «rubricards» déjà salariés et en poste dans d'autres journaux. Un bon nombre d'entre eux confie au Canard des informations qu'ils ne peuvent pas faire paraître dans leur propres journaux. Une minorité de pigistes sont multicarte. Mais ce réseau est très important, et permet au Canard d'envoyer assez rarement des journalistes en reportage, comme l'a révélé Nicolas Beau, qui, lors de son enquête sur le compte japonais de Jacques Chirac n'avait pas pu se rendre au Japon.

déjà_vu | 03.12.2008 - 11h13
Vous prétendez donc que le Canard fricote et se met aux ordres, comme tous les autres médias d'ailleurs, avec le pouvoir en place? Ce qui par déduction donnerait raison à ceux qui prétendent que Sarkozy à la main mise sur tous les médias, même ceux que l'on croyaient incorruptibles. C'est bien ça? Et qu'en pensez-vous?
C'est un peu ça. J'ai été surpris d'apprendre qu'un communicant très proche de l'Elysée venait boire tous les mardis soirs à la sortie du Canard, une coupe de champagne avec Michel Gaillard au bar de l'hôtel voisin du journal. J'ai été surpris de découvrir que David Martinon, l'ex conseiller diplomatique de Sarkozy, était l'invité du traditionnel pot des amis du Canard. J'ai été surpris de découvrir qu'Alain Guédé, investigateur du journal, acceptait des subventions du Gouvernement en sa qualité de responsable d'une association. Comme vous le voyez, la question de l'indépenance d'un journal se gère au jour le jour par le respect de règles déontologiques que le Canard devrait respecter comme les autres. Rappelez vous de son embarras lorsque L'Express et Arrêt sur images ont révélé qu'un journaliste avait déjeuné ce printemps avec la femme du président.

Chti-Guevara | 03.12.2008 - 09h17
N'avez vous pas l'impression de vous être piéger tout seul, et d'avoir contribué à la remonter des ventes du Canard Enchaîné! A moins que ce ne soit une opération publicitaire d'un genre nouveau? Le fait d'être éditer par des ennemis déclaré du Canard et amis du pouvoir en place, ne vous dérange pas? Grâce a vous, j'ai définitivement arrêté d'acheter Libé et j'ai pris un abonnement a l'année au Canard! A quelque chose malheur est bon! Et je trouve que libé prend lui aussi la mauvaise pente de Charlie Hebdo.
Pas de piège, pas d'arrière-pensée et pas de complot. Nous sommes des journalistes d'enquête, qui avons écrit plusieurs livres qui en témoignent.

RAPSODY | 02.12.2008 - 21h25
Pensez vous que Sarkozy contrôle TOUS les médias, y compris le canard?
Comme nous l'avons écrit dans notre précédent livre sur Nicolas Sarkozy, il est l'homme politique qui a peut-être le plus réfléchi à la question du contrôle des médias. Ce qui l'a conduit à se rapprocher des patrons et propriétaires de médias, des directeurs de rédaction, mais aussi des rédacteurs. Il est l'un des rares à avoir manié l'art de la convocation des journalistes de base à son bureau quand il était ministre, pour s'expliquer ou leur demander de s'expliquer. Cela ne produit pas un contrôle absolu des médias, mais un maillage assez fort. Le Canard n'y échappe pas, à cette différence près et non négligeable que le Canard reste la propriété de ses dirigeants journalistes.

mourafon | 02.12.2008 - 11h18
Je ne suis pas canardolâtre, même si je suis lecteur... Vous avez eu raison de faire paraître ce bouquin, si vous aviez besoin d'argent. Et vos livres seront achetés par qui? Sans doute par ceux qui ne sont pas lecteurs du Canard, non?
Il y a des lecteurs du Canard qui, comme nous, ont envie d'en savoir plus sur le fonctionnement de leur journal préféré.

argeel | 03.12.2008 - 10h47
Votre livre sent le mouvement orchestré de l'Elysée, qui, depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy, ne supporte aucune critique (journalistique ou autre). Presque tous les grands tirages d'aujourd'hui semblent s'être rangés derrière le politiquement correct mis à part le Canard. N'avez-vous pas le sentiment d'être l'arroseur arrosé?
Pour le moment, c'est nous qui tenons l'arrosoir, avec notre livre en main. Il est quand même difficile d'imaginer que nous ayons été manipulés par Sarkozy pour révéler ses propres réseaux au sein du Canard. L'Elysée est très embarrassé, au moins autant que le Canard, par notre livre.

Yohandu92 | 03.12.2008 - 11h09
Pensez-vous qu'épingler le canard comme journal de gauche ne confortera pas l'idée que le canard est réellement un contre-pouvoir puisque depuis 6 ans le pouvoir est à droite toute?
Nous ne cherchons pas
à «épingler» le Canard, mais nous avons voulu regarder quelles étaient ses relations avec le nouveau président. Un journal comme le Canard se doit de raconter la vie politique, celle de la présidence. L'arrivée de Sarkozy changeait évidemment la donne pour lui aussi. Il a cherché ses marques avec le nouveau président. Certains réseaux lui permettent d'être informé. Mais lui permettent-ils d'être encore un contre-pouvoir? C'est toute la question.

Youri Andropov | 02.12.2008 - 11h39
A une époque où on entend souvent certaines rédactions se plaindre d'un certain manque d'indépendance (comme au Figaro, au JDD ou même à Paris-Match), ne trouvez vous pas curieux de remettre en cause l'indépendance du «Canard» quand d'autres journaux semblent bien plus problématiques de ce point de vue? Ne serait-ce pas l'hôpital qui se fout de la charité, ou l'histoire de la paille et de la poutre?
Ce livre sur le Canard s'inscrit dans un projet de livres collectifs engagé en 2004, qui sous la signature de Victor Noir, avait pour objectif de réunir des journalistes de différentes rédactions pour enquêter sur des sujets tabous. Le premier de ces livres a été «Nicolas Sarkozy ou le Destin de Brutus» chez Denoël en 2005, puis nous avons écrit «Putsch au PS» en 2007. C'est peut-être justement p
our gagner de l'indépendance que nous avons écrit ces livres, dont celui sur Sarkozy qui était le premier livre d'enquête sur le futur Président. Un livre dont le Canard n'a d'ailleurs pas parlé. D'autres journaux sont évidemment plus problématiques en matière d'indépendance. Chaque journal, chaque rédaction, sont confrontés à ce type de difficulté. c'est d'ailleurs une question inhérente à notre métier : comment faire du journalisme politique en restant indépendants? Est-il toujours possible de faire des enquêtes? Le Canard, dans ce panorama, a la chance d'être indépendant, financièrement, de tout groupe économique ou industriel, mais cette caractéristique assez fabuleuse n'empêche pas qu'il soit aussi confronté à une crise de son indépendance rédactionnelle et politique.

Genzo_ | 03.12.2008 - 10h58
Vous souhaitez donc créer un débat, mais pour quel fin? Changer le statut d'un journal? (qui même si archaïque ou autre fonctionne plutôt bien). Demander une transparence sur les journalistes?
Le Canard doit comprendre qu'il est un média comme les autres, qu'il est critiquable comme les autres, et lorsqu'il fait des erreurs qu'il doit s'en expliquer aussi. La tradition du "pan sur le bec" n'est plus respectée. On l'a vu en septembre lorsque le Canard a révélé l'existence d'un rapport de l'OTAN sur l'embuscade dont ont été victimes les militaires français : ce rapport était un faux, on s'en est aperçu rapidement grâce aux blogueurs. Il était confectionné avec des extraits de blogs et de commentaires de blogs. Le Canard n'a rien démenti, il a laissé passer le faux.
Ce journal ne peut continuer de croire qu'il est intouchable. Tout cela tient peut-être effectivement à l'archaïsme de ses structures internes. Très cloisonné et opaque pour éviter les intrusions, son pouvoir n'est pas partagé par l'équipe, il y a peu de débat. Le pouvoir reste détenu par les plus anciens, l'équipe n'est presque pas ouverte aux femmes, ne parlons pas des plus jeunes.

forrest 13 | 02.12.2008 - 14h37
Est-il vrai que vous ayez (comme l'affirme le Canard) postulé comme journaliste au Canard ,et que votre demande n'est pas été retenu?
J'ai été pigiste aux Dossiers du Canard et au Canard de 1986 à 1992, sans avoir particulièrement postulé. J'avais simultanément, comme tous les pigistes, d'autres collaborations. J'ai par la suite travaillé pour L'événement du jeudi et Libération, où je suis journaliste permanent depuis 15 ans. Je n'ai jamais regretté ma collaboration avec le Canard, avec lequel je n'ai eu aucun litige, contrairement à ce que laisse entendre M.Gaillard dans le Canard de la semaine dernière. Par la suite, à Libération, j 'ai souvent cité le Canard Enchaîné lorsqu'il révélait des faits nouveaux.

smstardust | 02.12.2008 - 12h37
Bonjour, pourriez-vous nous dire ce que vous avez voté en 2007?
En tant que journalistes, nous n'appelons pas à voter d'une manière générale pour un camp ou pour un autre. Nous sommes de simples citoyens.

JAVA | 02.12.2008 - 13h05
Comment s'appelle exactement celui qui dirige le canard enchaîné?
Michel Gaillard.

Sky | 02.12.2008 - 11h54
Le Canard est souvent associé au dernier journal apolitique en France, ce qui le différencie des autres médias du même type. De plus, le Canard dénonce tous types de scandales, à droite a comme à gauche. Donc pourquoi diable sortez-vous un ouvrage qui a pour unique but de le diffamer, qui plus est de raconter toutes sortes de non-vérités sur ce journal? Il est évident que le Canard doit déranger nombre de politiciens. Doit-on rapprocher les évènements récents et la parution de votre ouvrage à la volonté de certains politiques de vouloir salir l'image, pourtant bien forgée, de ce journal?
Pas de diffamation, pas de contre-vérité, aucune volonté de salir l'image du Canard de notre part : une enquête. Nous avons eu envie d'aller décrypter les relations de ce journal avec le pouvoir, de gauche comme de droite. Contrairement à ce que vous semblez croire, le but du Canard n'est pas de sortir des scandales, mais initialement d'être un contre-pouvoir, de tenir tête aux pouvoirs. Nous avons engagé ce travail après avoir constaté que le Canard avait cessé sur plusieurs dossiers d'être incisif par rapport à la Gauche sous Mitterrand et par rapport à la Droite aujourd'hui. L'un de ses journalistes, Nicolas Beau, qui a fondé Bakchich.info, vient de révéler qu'une de ses enquêtes sur les revenus de Sarkozy avocat avaient été censurée entre les 2 tours de la Présidentielle. Ce qu'avait oublié de dire Michel Gaillard, le directeur du Canard, dans sa réponse à notre ouvrage la semaine dernière. Il avait prétendu que l'enquête de Beau était finalement parue en 2008, dans les Dossiers du Canard.

Genzo_ | 02.12.2008 - 13h37
Faire un livre concernant le canard, n'est-ce pas un bon moyen de s'en assurer bonne vente sachant la polémique que cela va créer?
La vente n'est pas notre
objectif, le débat oui.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christophe 08/12/2008 00:35

debat tres interessant, mais c'est tres repetitif car cela tourne toujours autour des memes questions